Nos engagements

→ Retrouvez mon certificat Ecocert

 

Dans le cadre d'une production de légumes en Agriculture Biologique, nous choisissons des pratiques culturales respectueuses de l'environnement et de la santé du consommateur.

 

  • Bannir les pesticides et les engrais chimiques de synthèse afin de préserver les ressources naturelles et de garder un sol vivant.

  • Réduire la production de gaz à effets de serre en favorisant une consommation locale et des pratiques agricoles plus écologiques.

  • Proposer des prix abordables grâce à la vente directe au consommateur.

  • Produire des légumes de qualité pour la santé de tous.

 

Pas de pesticides, ni engrais chimique de synthèse, ça veut dire quoi ?

 

  1. Il n'y a aucune utilisation d'herbicide, d'insecticide ou de fongicide.

 

Le désherbage peut se faire de 3 façons différentes : thermique, mécanique ou manuelle. La prévention reste encore le meilleur moyen pour faire face aux populations d'adventices. Nous utilisons des bâches en plastiques tissés réutilisables pendant 5 ans minimum en compléments de rotations longues de cultures adaptés et l'intégration d'engrais verts ou intercultures dans la rotation.

 

La lutte contre les invasions d'insectes se fait beaucoup en préventif avec des associations de cultures, des répulsifs à base de plantes, en utilisant les lâchés d'insectes auxilliaires et en favorisant leur installation sur place. Parfois une pratique curative peut être nécessaire. Elle est alors effectuée avec des produits homologués en Agriculture Biologique et est souvent spécifique à l'insecte ciblé.

 

Dans les serres, les attaques de champignons sont essentiellement liées à 2 facteurs, une humidité trop importante et donc à un manque d'aération. Nous préférons modifier ces paramètres afin d'éviter les traitements à base de cuivre. Lorsqu'il n'y a pas de fongicide, ni d'engrais chimique de synthèse, la majorité des plantes ont des champignons au niveau de leurs racines, on les appelle les mychorizes. Ces mychorizes aident la plante à se développer et à résister aux agressions en leur fournissant de l'eau, des éléments minéraux et même des antibiotiques en échanges des sucres qu'elles synthétisent par le biais de la photosynthèse.

 

  1. La fertilisation du sol se fait avec des matières organiques.

 

Un engrais chimique de synthèse ou même naturel ne fertilisera JAMAIS aucun sol. Ce sont des petites molécules que la plante absorbe facilement et qui sont très facilement lessivés par les pluies. Tout engrais favorise la plante au détriment de la vie du sol.

 

L'idée est de favoriser la vie du sol en comprennant tout son écosystème pour que les plantes en profitent à leur tour donc nourrir le sol pour nourrir la plante.

 

Les organismes du sol (insectes, vers, champignons, bactéries...) se nourrissent des résidus de végétaux morts laissés à la surface du sol, zone qu'on appelle la litière. Cette litière occupe plusieurs rôles : nourrir le sol, le protéger des fortes pluies et aussi du soleil et maintenir une humidité suffisante pour les plantes mais aussi pour la microfaune et la microflore du sol.

 

Les composts et les fumiers sont les matériaux les plus adaptés à une fertilisation durable. Nous les utilisons en complément d'une rotation adaptée et des engrais verts.

 

Comment réduire la production de gaz à effet de serre ?

 

  1. Favoriser la consommation locale.

 

Pour nous, cela signifie que nos produits font moins de trajet par conséquent notre bilan carbone diminue. La vente directe à un double intérêt, des prix plus abordables pour les consommateurs avec une meilleure rémunération au producteur. Le contact établi lors de la vente directe permet un échange constructif entre le producteur et le consommateur.

 

  1. Utiliser des pratiques moins polluantes.

 

Nous avons choisi d'utiliser la traction animale pour réaliser un maximum d'itinéraires techniques. Ainsi le travail du sol pourra être réalisé en traction animale et nous aurons un tassement du sol moins important qu'avec un tracteur, une production de fumier et un compagnon pour nos travaux aux champs.

 

Comment produire des légumes de bonne qualité ?

 

  1. Produire des légumes de saison

 

Pour des raisons économiques, écologiques et de santé, nous souhaitons produire exclusivement des légumes de saisons en n'utilisant comme outil de production que des serres froides (non chauffées).

 

Faire nos plants est une évidence pour nous, la gestion est plus cohérente dans sa globalité et l'éventail de choix est plus important pour les graines que pour les plants.

 

Le choix des variétés occupe une place préoccupante pour nous. Notre souhait est d'utiliser un maximum de variétés dites "lignées pures" c'est à dire génétiquement stable dans la durée contrairement aux variétés hybrides (F1). Bien entendu, nous excluons totalement les semences OGM (Organisme Génétiquement Modifié) et CMS (Stérilité Mâle Cytoplasmique).

 

  1. Utiliser la biodynamie

 

Pour faire simple, la biodynamie est un ensemble de pratiques basées sur l'observation des rythmes naturels pour favoriser la concentration des énergies vitales. Pour cela, on utilise 2 outils principaux :

 

  • Le calendrier lunaire : le passage de la lune devant une constellation apporte l'énergie de cette constellation à la terre et agit directement sur un des organes de la plante. Il peut s'agir de l'organe racine, feuille, fleur ou fruit. Le semis ou autre action réalisée influence positivement l'organe de la plante dont il est question.

  • Les préparations biodynamiques : la 500 et la 501 sont les 2 préparations les plus utilisées et correspondent respectivement à la bouse de corne et à la silice de corne. Après une préparation longue et complexe, les préparations sont ensuite dynamisées dans l'eau et pulvérisés dans les champs.